samedi 22 août 2015

Les choses que je leur emprunte...

Il y a leur lotion, que je mets parfois au creux de mon poignet, pour sentir l'odeur de leur peau lorsqu'ils ne sont pas près de moi.

Il y a leur sourire, que je tatoue dans ma mémoire, pour qu'à vie ils restent mes petits.

Il y a son t-shirt avec lequel il a dormi, pour le sentir tout de même près de moi avant de m'endormir lorsqu'il est en déplacement.
 
Il y a son nom, qu'il m'a prêté à mes 30 ans, et  que je souhaite gardé à jamais et gravé sur le marbre.
 
Il y a sa berceuse que je chante à mes enfants avec autant d'amour que lorsqu'elle me la chantait étant enfant.

Il y a son nom que j'ai gardé exclusivement jusqu'à mes 30 ans, et qui sera toujours une partie de moi, car ce nom-là aussi, je le veux.


Il y a sa protection invisible, celle qui rassure étant gamine, celle que j'ai transmis à ma fille en le nommant parrain.

Il y a son rôle, que je lui prends sans le vouloir vraiment, forcée à ne pas être la cadette que je suis réellement pour l'aider et la protéger.


Il y a les recettes, celles du passé, celles qu'il aime préparer, et qui perpétuent la Bohême qui coule dans les veines de mes enfants.

Il y a la famille, celle du cœur, où 7 enfants continuent à entretenir l'image que j'ai d'une vraie famille, celle que je veux transmettre.

Il y a sa famille, celle de sa mère, celle se son père, que j'ai adopté comme étant mienne, car elle est belle dans tous les sens du terme.

Il y a leur temps qui accompagne une oreille tendue, celui qu'elles me donnent lorsque je me sens seule.


Il y a les conseils, de personnes inconnues, qui tissent à travers une toile, un filet solide lorsqu'on prend le temps de les lire.

Il y a ses expressions, celles d'un autre temps, d'un temps qui s'est arrêté avec toi il y a 14 ans, qui peuvent me rendre ringarde parfois, mais qui prennent tout leur sens quand je me rappelle que c'était toi qui les disait...

Il y a ces souvenirs, celle de ma propre mémoire, que je me force à lui emprunter, encore et encore, pour ne jamais les oublier, eux, mes proches et les moins proches...

6 commentaires:

  1. Carine Montiton22 août 2015 à 13:05

    C magnifique !! Bravo

    RépondreSupprimer
  2. se sont des belles paroles , plein d'amour

    RépondreSupprimer
  3. clotilde ventalon15 octobre 2015 à 18:39

    Les larmes coulent en lisant ce texte. Je m'essuie un instant les yeux qui me brulent tellement je reste ébahie sur celui-ci. Cécile tu es un amour également, ce que tu reçois de tes proches, de tes enfants, de ton mari c'est ce que tu leur renvoies
    cécile <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un énorme merci à toi Clotilde. ce message me va droit au cœur, celui-là même avec lequel j'ai écris. merci !!! <3

      Supprimer

Vous avez lu mon article? A mon tour de vous lire... un petit commentaire me fait toujours plaisir et il fait vivre le blog ;-)